L’indulgence plénière, késaco ?

20161107_150607.jpg

Ce mercredi 2 novembre, nous nous sommes retrouvés lors d’une messe solennelle de commémoration des défunts. Ce fut l’occasion pour nous de prier pour les âmes du Purgatoire.

Par ailleurs, l’année sainte du Jubilé de la Miséricorde touche bientôt à sa fin, le 20 novembre 2016. Pendant cette « année de grâce » il nous est possible de demander au Seigneur une indulgence plénière. C’est-à-dire que nous pouvons demander à Dieu son pardon et son indulgence pour ce que nous devrions réparer de nos péchés. Cela concerne, nous-même ou les âmes du Purgatoire ; par exemple celles de nos défunts. L’amour de Dieu n’a pas de limite. Il peut détruire le péché et ses conséquences comme il l’a fait pour bon Larron.

La beauté de l’Amour de Dieu pour nous se manifeste dans la simplicité de la démarche pour obtenir cette grâce !
– Aller dans une église jubilaire (il y en a 8 à Paris*) et passer par la Porte de la Miséricorde,
– Professer sa foi (credo),
– Prier aux intentions du pape,
– Obtenir le sacrement de réconciliation (jusqu’à 8 jours avant ou après le pèlerinage dans l’église jubilaire),
– Méditer la Parole de Dieu,
– Effectuer une ou plusieurs œuvres de miséricorde (spirituelles ou corporelles**).

Cela nous concerne particulièrement au mois de novembre :

Le pape François nous a annoncé dans sa lettre du 1er septembre 2015 que :

L’indulgence jubilaire peut être obtenue également pour les défunts. Nous sommes liés à eux par le témoignage de foi et de charité qu’ils nous ont laissé. De même que nous les rappelons dans la célébration eucharistique, ainsi, nous pouvons, dans le grand mystère de la communion des Saints, prier pour eux afin que le visage miséricordieux du Père les libère de tout résidu de faute et puisse les accueillir dans ses bras, dans la béatitude qui n’a pas de fin.

 

* Les églises jubilaires à Paris sont :

  •  la cathédrale Notre-Dame de Paris,
  •  la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre,
  • la basilique Notre-Dame-des-Victoires,
  • la basilique Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours,
  • l’église Saint-Louis-d’Antin,
  • l’église Saint-Sulpice :dth_8255-8d6c1.jpg
  •  la chapelle de la Médaille-Miraculeuse,
  •  l’église Notre-Dame de l’Assomption (mission polonaise, rue Saint-Honoré, 8e).

** Il y a quatorze œuvres de miséricorde : sept corporelles et sept spirituelles.

Corporelles :

1) donner à manger à ceux qui ont faim,
2) donner à boire à ceux qui ont soif,
3) vêtir ceux qui sont nus.
4) accueillir les étrangers,
5) visiter les malades,
6) visiter les prisonniers,
7) ensevelir les morts.

Spirituelles :

1) conseiller ceux qui sont dans le doute,
2) instruire les ignorants,
3) exhorter les pécheurs,
4) consoler les affligés,
5) pardonner les offenses,
6) supporter patiemment les défauts des autres,
7) prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

Publicités
Cet article a été publié dans Aller plus loin. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s